Ah, le poil ! Quand il s’agit de nos cheveux, on ne veut surtout pas en perdre trop. Mais quand il s’agit des poils qui recouvrent une grande partie de notre corps – plus ou moins densément – c’est une autre histoire. On pense immédiatement à l’épilation, on veut des jambes parfaitement lisses, des aisselles sans le moindre poil, sans parler du maillot, a fortiori sur la plage. Mais faut-il vraiment tout retirer ? Aïe aïe aïe…

Le poil et l’épilation, c’est toute une histoire

Une obsession à travers les siècles : s’en débarrasser

Sans revenir à l’homme de Neandertal, tout ce que l’on invente pour se débarrasser des poils remonte à la nuit des temps. Les jambes, les aisselles et le maillot étant les principales victimes de ce qui est petit à petit devenu une norme sociale, et contre laquelle aujourd’hui certaines s’insurgent ou choisissent tout simplement de voir les choses autrement. À commencer par de nombreuses stars comme Madonna, Miley Cyrus, ou encore Alicia Keys et Emma Watson. Cette dernière a évoqué le sujet dans une interview à Into The Gloss qui a beaucoup fait parler. Elle y explique notamment, sans faux-semblant, qu’elle se décolore la moustache depuis qu’elle a 9 ans et que cela ne devrait pas être tabou.

Le rôle des poils

Les poils ont une utilité physiologique : de protection contre le froid ou à l’inverse de la chaleur, de filtrage de la poussière dans le nez et les oreilles, mais aussi de capteurs sur notre épiderme. Faites le test : frôlez simplement le duvet de votre avant-bras, vous sentez ce petit chatouillement ? Les poils ne sont pas des ennemis, bien au contraire. Mais il est vrai que certains, considérés comme non esthétiques et plus vraiment utiles – contrairement aux hommes de Neandertal, on a désormais des vêtements chauds – peuvent être rayés de la liste. Sans pour autant en faire une obsession de chaque jour.

L’épilation selon les parties du corps

Demi-jambe ou jambe entière ?

Hélas, nous ne sommes pas égales en matière de poils ! Certaines partent avec un capital pilaire dru et brun, quand d’autres ont un duvet à peine visible. Dire qu’il faut faire avec n’est bien sûr pas une solution. Mais si vous avez, par exemple, un duvet sur les cuisses qui ne se voit pas et se sent à peine, inutile de vous faire épiler la totalité de la jambe.

Maillot : quoi faire ?

Augmenter indéfiniment l’échancrure du maillot n’est pas une bonne idée en soi, sachant que les poils pubiens sont avant tout là pour protéger votre intimité de certaines infections, mais il s’agit bien sûr d’un choix très personnel. S’agissant d’une zone où la peau est très fine et très sensible, faites avant tout attention aux produits que vous choisissez. Les bandes de cire froide, sans danger, sont les plus simples à utiliser chez soi pour cette zone. Mais pour un résultat plus net et sans risque, on prend rendez-vous dans un institut.

Les sourcils

On l’a vu dans un précédent article, la mode du débroussaillage sauvage des sourcils est révolue ! Certes, on veut une ligne nette et qui mette notre regard en valeur, mais le temps d’un sourcil fin est bel et bien terminé. Après avoir déterminé avec une esthéticienne la ligne qui vous va, il suffit généralement d’épiler les poils qui dépassent environ une fois par semaine, et de retourner dans un institut de temps en temps si besoin.

Mais on voit bien que les obligations esthétiques commencent là aussi à se déverrouiller, à l’image de cette mannequin qui fait de son mono-sourcil sa signature, comme l’a fait bien avant elle Frida Kahlo.

Le choix de la décoloration

Pour certaines parties du corps, le choix de l’épilation peut être … un second choix. Pourquoi ne pas opter pour la décoloration des poils, notamment les plus fins, comme le duvet ? En institut si vous souhaitez ou chez vous, mais à condition d’utiliser des bons produits et de bien suivre les instructions.

L’hirsutisme

Si vous souffrez d’une pilosité que vous considérez comme trop importante, n’hésitez pas à consulter votre médecin généraliste et/ou un dermatologue. Dans certains cas, il peut s’agir d’hirsutisme – l’apparition de poils chez la femme que l’on rencontre d’ordinaire chez l’homme. Il s’agit d’un trouble hormonal qui peut être pris en charge chez un professionnel de santé.

Et les hommes dans tout ça ?

L’égalité des poils entre hommes et femmes ? À vrai dire, on n’en demande pas autant. Cependant, voilà qu’ils doivent eux aussi faire table rase de poils auparavant tolérés et même symboles de virilité. Aujourd’hui, il est de bon ton d’avoir le torse imberbe…et une barbe !

Les sondages le montrent, l’épilation est avant tout une question d’âge et de mode. Les années passant, on peut se libérer des diktats et choisir d’épiler les zones que l’on considère comme étant obligatoires pour soi ou pas. Mais, que certain(e)s se rassurent : dans leur grande majorité, les femmes ne souhaitent pas revenir au « tout naturel ».

Capucine