Envisager une greffe de cheveux est une décision lourde, qui demande une réflexion longue et concertée, grâce aux conseils de spécialistes. Quand la greffe est considérée comme une option possible, elle nécessite une préparation en amont du cuir chevelu.

Afin de savoir si ce processus est adapté à votre alopécie, il faut d’abord passer par une série d’étapes. Celles-ci permettront de déterminer si cette éventualité est la plus à même de répondre à votre problématique personnelle. D’autant plus que d’autres critères entrent en ligne de compte quant à la réussite et à l’évolution de la greffe dans le temps. Pour en mesurer l’ensemble des aspects, nous suivrons tout au long de ce dossier Sébastien, un jeune trentenaire qui a décidé de sauter le pas.

Les raisons de vouloir faire une greffe de cheveux

Un complexe esthétique qui joue sur le moral

photo greffe de cheveux avant apres capidermUne alopécie permanente, selon ses caractéristiques et en fonction de chaque personne, peut être un phénomène sans conséquences psychologiques. Pour certains hommes, perdre une partie de ses cheveux, avoir une calvitie, n’est pas un problème en soi. Pour d’autres, au contraire, il s’agit d’une véritable souffrance psychologique.

Sébastien, que nous allons suivre jusqu’à l’issue de sa greffe, a connu une perte de cheveux dès la fin de l’adolescence, un cas unique dans sa famille, ce qui a écarté l’hypothèse d’une cause génétique : « J’ai commencé à développer une alopécie dès l’âge de 17 ans, que je n’ai pas traitée à ce moment-là. Mais, aux alentours de 21 ans, elle est devenue plus importante et a entraîné chez moi un complexe. Entre 25 et 26 ans, j’ai suivi un traitement médical mais sans grands résultats. »

Pour lui, envisager une greffe s’est fait progressivement : « Au départ, j’avais vraiment des doutes sur la réussite d’une greffe. Mais en rencontrant le chirurgien et en étant soutenu par une équipe qui m’a mis en confiance, j’ai compris qu’il s’agissait d’un processus qui pourrait me donner les résultats que j’attends depuis longtemps.»

Enfin, pour certaines personnes, a fortiori pour les femmes, les conséquences esthétiques et morales d’une perte importante de cheveux peuvent se transformer en souffrance. Car si la greffe concerne une majorité d’hommes, de plus en plus de femmes peuvent y avoir recours grâce à de nouvelles techniques qui ont su s’adapter à leur alopécie particulière, plus diffuse.

 

Vouloir opter pour une solution durable

Si une greffe est possible dans votre cas personnel, elle peut être une solution durable pour retrouver une chevelure normale. Si vous avez tenté d’autres solutions qui n’ont pas fonctionné ou que, par exemple, le port d’une perruque ne vous convient pas, la greffe s’inscrit comme un processus pérenne, qui permet une repousse naturelle. Si votre cuir chevelu permet une greffe, celle-ci peut être non seulement une solution envisageable, mais aussi entraîner les résultats souhaités à long terme.

 

Les conditions pour avoir accès à la greffe de cheveux

Un capital de départ

Malheureusement, un crâne totalement chauve ne pourra pas bénéficier d’une greffe. Pour que celle-ci soit possible, il faut, en quelque sorte, un capital de départ. Soit une densité suffisante sur la zone donneuse où sera prélevé le greffon à réimplanter sur la zone de la calvitie.  De la même manière, l’alopécie ne doit pas être trop étendue. Une surface trop importante serait hélas impossible à couvrir en totalité.

photo greffe de cheveux zone doneuse capiderm

La zone donneuse se situe à l’arrière du crâne

La qualité du cheveu qui servira de greffon est aussi un critère essentiel qui sera déterminé en amont. Ce qui est le cas pour Sébastien, le chirurgien ayant souligné la bonne qualité de sa zone donneuse.

Une préparation

Un bilan capillaire réalisé dans un institut par des spécialistes du cuir chevelu, grâce à un outil exclusif et performant, permettra d’analyser en profondeur l’état complet du cuir chevelu, au cœur du bulbe.

Grâce à leurs recommandations, basées sur des données fiables, vous saurez dès cette première étape si la greffe est une solution adaptée à votre situation personnelle.

Si votre alopécie se prête à ce processus, une préparation de votre cuir chevelu sera nécessaire et indispensable à la réussite de la greffe. Un scrub –  tel un gommage très fin et en douceur – oxygénera d’abord le follicule pileux en préparation des soins.

La pré-greffe nécessite en effet l’application de soins apaisants dans le but de mieux ancrer la greffe et d’augmenter les chances de réussite. Sébastien a trouvé l’expérience très agréable : « le gel froid appliqué sur mon cuir chevelu m’a fait énormément de bien ! »

D’une manière générale, Sébastien a particulièrement apprécié ces soins pré-greffe : « Cela m’a permis à la fois de me mettre en condition avant la greffe mais aussi de me détendre. J’ai vécu cela comme un véritable moment de bien-être ».

photo bilan capillaire hairfax soin pré greffe

Un bilan capillaire interactif et précis

photo bilan capillaire hairfax soin pré greffe

photo soin pré greffe cheveux hairfax paris chatelet

Le soin pré-greffe de Sébastien, ici, l’application du gel.

La greffe de cheveux n’est donc pas une solution adaptée à tous les cas de figure, mais elle peut être  un projet tout à fait réalisable. À condition d’obtenir des conseils en amont, de s’entourer de professionnels attentifs qui feront une analyse précise de votre cuir chevelu, et vous permettront ainsi d’atteindre votre objectif en toute confiance.

AP.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer